Un plan de transport qui respecte tous les résidents des banlieues et convient à la Ville d’Ottawa

Avoir un chez-soi ne devrait pas être un privilège. Pourtant, pour de nombreuses personnes à Ottawa, l’accès à un logement de tout type, en achat ou en location, ou encore à un logement communautaire ou supervisé, est de plus en plus impossible.

En tant que maire, Mark va :

 
  • Augmenter les investissements pour l’entretien des routes et les budgets de déneigement de 100 M$ sur quatre ans, afin que les nids-de-poule soient réparés plus rapidement, que nos rues soient mieux entretenues et que les normes pour le déneigement hivernal soient relevées.
  • Mettre en œuvre les principales recommandations de l’enquête judiciaire sur la phase 1 du système de train léger afin de corriger le système et réaliser la phase 2 du projet. Rassembler les fonds nécessaires à la réalisation de la phase 3 du projet afin d’amener le train léger à Kanata, Stittsville et Barrhaven.
  • Moderniser les circuits et les horaires du service d’autobus d’OC Transpo afin qu’ils répondent aux besoins des citoyens dans un contexte postpandémique.
 

Pourquoi cette action est-elle nécessaire ?

Plusieurs résidents utilisent des modes de transport variables en fonction de la météo, de leur destination et d’autres facteurs. C’est pourquoi nous ne devons pas accorder la priorité à un moyen de transport en particulier, ou négliger un secteur de la ville au profit d’un autre. Nous avons plutôt besoin d’un plan qui offrira de meilleurs résultats pour tous les résidents, automobilistes, cyclistes ou piétons, peu importe leur lieu de résidence ou leur moyen de transport. En tant que maire, je prévois.

Malheureusement, la tâche est de plus en plus ardue. L’état de nos routes est pitoyable, particulièrement dans les secteurs ruraux et les banlieues. Le réseau de transport en commun est peu fiable et son fonctionnement n’a pas été adapté à la réalité du transport dans le contexte post-COVID. De plus, les trottoirs, les pistes cyclables et les sentiers polyvalents doivent être mieux interreliés, mieux entretenus et réparés, afin que les piétons et les cyclistes puissent les utiliser de manière sécuritaire pour se rendre à leur destination.

Le transport n’a pas qu’une vocation sociale, il a aussi un rôle économique. Ottawa ne peut pas se permettre des embouteillages comme c’est le cas dans des villes comme Toronto. Notre qualité de vie et celle de notre environnement passent par un bon système de transport en commun.

Pour les employeurs et les travailleurs, des moyens de transport fiables et sécuritaires sont essentiels à la prospérité économique des résidents, plusieurs d’entre eux devant transporter les outils nécessaires à leur travail.

Pour les touristes, des moyens de transport fiables et sécuritaires leur permettent de mieux profiter des attraits d’Ottawa et de rehausser leur expérience dans la capitale.

Pour les familles, des moyens de transport fiables et sécuritaires leur permettent d’amener les enfants à l’école ou à leurs activités de loisir, leurs activités artistiques ou leurs activités parascolaires, et de retourner les chercher d’une manière pratique et rapide, en passant moins de temps dans la circulation et plus de temps en famille.

Pour les personnes âgées, des moyens de transport fiables et sécuritaires leur permettent de se rendre à des événements familiaux, des activités de loisir, des rendez-vous médicaux et de faire leurs courses en toute sécurité et en temps opportun.

Pour notre environnement, des moyens de transport fiables et sécuritaires, particulièrement le transport en commun et le transport actif, permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

"Peu importe votre façon de circuler à Ottawa, vous devez pouvoir compter sur des moyens qui vous amèneront à la maison, au travail ou à l’école de manière fiable et sécuritaire."

 

Contrairement aux autres candidats à la mairie, voici ce que je ne ferai pas :

  1. Je ne vais pas rendre le transport en commun gratuit comme mes opposants le réclament depuis des années, ce qui aurait pour conséquence d’augmenter votre compte de taxe foncière de 10 % chaque année.
  2. Je ne vais pas augmenter le budget des dépenses d’OC Transpo de 145 M$ comme l’ont promis mes opposants dans le cadre de la présente campagne électorale, ce qui ajouterait un autre 7 % d’augmentation à votre compte de taxe foncière chaque année.
  3. Je ne vais pas opposer les cyclistes et les automobilistes en accumulant un quart de million de dollars de dette pour favoriser un mode de transport au détriment d’une approche globale visant à améliorer l’ensemble de notre système de transport.
  4. Je ne vais pas m’engager de manière irresponsable à imposer le fardeau des frais d’entretien du train léger à la Ville d’Ottawa, qui n’a pas la capacité ou l’expertise pour le faire, avant les conclusions de l’enquête judiciaire.

Avec le déficit actuel de 85 M$ du transport en commun, les résidents de notre ville ne peuvent tout simplement pas se permettre de payer davantage au moment où la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt rend la vie de plus en plus chère.

Plus que jamais, nous avons besoin d’un nouveau regard et d’une nouvelle perspective sur le transport à Ottawa. Nous pouvons bâtir un réseau de transport qui est meilleur, plus intelligent et mieux équilibré, qui intègre les transports en commun, le vélo et les véhicules motorisés et respecte la diversité et la taille de notre ville ainsi que les besoins des résidents des zones rurales, des banlieues et des secteurs urbains.

 

Voici ce que cela signifie pour vous :

Pour les utilisateurs des transports en commun et les résidents des banlieues

  • Appliquer les conclusions de l’enquête judiciaire à propos des erreurs commises par le conseil municipal, l’administration et les partenaires privés, afin que la phase 1 du train léger soit fiable et regagne la confiance des utilisateurs.
  • Mettre en pratique les connaissances acquises lors de la phase 1 à la mise en œuvre de la phase 2 et à la planification de la phase 3 du projet de train léger.
  • Demander des compensations de la part des entrepreneurs pour les cas où des garanties étaient prévues en cas de retards ou de mauvais fonctionnement à la phase 1 du projet de train léger.
  • Moderniser et optimiser le service d’autobus d’OC Transpo afin qu’il reflète la réalité post-COVID et les nouveaux trajets de déplacement pour le travail, et aider les gens à se déplacer dans leur collectivité, particulièrement dans les banlieues. Cette démarche comprendra des consultations directes avec les chauffeurs et des experts du système afin de s’assurer que les trajets et les horaires sont conçus pour tirer le maximum de notre système et éviter que des autobus articulés circulent vides.
  • Corriger le système Para Transpo en consultant les personnes qui doivent l’emprunter pour se déplacer.
  • Travailler en collaboration avec les taxis et les services de covoiturage pour améliorer l’accès à des véhicules conçus pour accueillir des personnes handicapées qui n’ont pas besoin d’un véhicule de service complet.
  • Maintenir les tarifs réduits pour les personnes âgées, l’Equipass et autres tarifs réduits actuels pour les jeunes.
  • Augmenter la transparence et renforcer les outils de communication pour que les utilisateurs reçoivent les renseignements les plus récents sur l’état du service. Cela comprend le soutien offert aux développeurs d’applications en leur donnant des données en temps réel sur l’accès et la disponibilité du réseau de transport.
  • Poursuivre la transition du parc d’autobus au diesel de la ville vers des autobus électriques pour réduire les émissions.
  • Permettre à la Ville de Gatineau de faire circuler le train léger ou des autobus électriques à Ottawa, afin de remplacer les autobus diesel bruyants, qui polluent notre centre-ville et qui rejettent des émissions de carbone.

Pour les automobilistes et la sécurité routière

  • Améliorer de façon considérable la qualité des routes en investissant 100 M$ sur quatre ans pour réparer les routes et les trottoirs, améliorer l’entretien du réseau routier et rehausser les normes relatives au déneigement des chaussées et des trottoirs résidentiels pendant l’hiver.
  • Soutenir la création d’un service Web de « notification des nids-de-poule » qui permet aux résidents de signaler la présence de nids-de-poule dans leur quartier et d’indiquer le temps approximatif pour les réparer.
  • Fournir un accès facile sur le Web à une liste des travaux routiers et des projets d’entretien en cours dans la ville.
  • Accorder la priorité aux infrastructures routières qui soutiennent la croissance de nouveaux quartiers actuellement aux prises avec des problèmes aigus de circulation et de congestion routière. Cela signifie aussi que la circulation et la congestion soient des éléments importants à considérer dans les nouveaux projets de développement.
  • Condenser le plus possible les travaux de construction en dehors des heures de pointe afin d’améliorer la sécurité et réduire les temps de déplacement.
  • Doubler les budgets des conseillers municipaux en matière de modération de la circulation pour les mesures de sécurité routières ciblées, de 50 000 $ à 100 000 $ par quartier.
  • Réviser le Plan d’action en matière de sécurité routière actuel afin de réduire le nombre de décès et de blessés graves. On pourrait par exemple réduire la limite de vitesse à 30 km/h dans les quartiers résidentiels (là où les membres de la collectivité le demanderaient) et augmenter le nombre de caméras installées aux feux de circulation aux intersections à risque élevé.
  • Soutenir la mise en œuvre de l’option 7 du prolongement du boulevard Brian-Coburn dans l’extrémité est d’Ottawa.
  • Réduire l’échéancier du projet du nouveau tracé du chemin Greenbank dans la partie ouest de la ville, afin qu’il soit intégré au Plan directeur des transports en 2024 plutôt qu’en 2032.
  • S’assurer que la reconstruction des routes rurales comprend suffisamment d’améliorations en matière de sécurité, comme des bordures de sécurité, afin de réduire le nombre de décès.
  • Travailler en collaboration avec les résidents du village de Manotick afin de résoudre les problèmes de congestion et de bruit causés par les camions, ce qui constitue un problème de sécurité dans la collectivité.
  • Lors de la construction de nouveaux lotissements, rehausser les normes pour l’aménagement des routes, des pistes cyclables et des sentiers polyvalents afin d’assurer une meilleure connectivité entre ces collectivités. Cela a pour but de respecter les dispositions relatives aux quartiers du quart d’heure.
  • S’opposer à la fermeture permanente de la promenade Reine-Élizabeth et appuyer le projet de fermeture de cette voie les fins de semaine pour permettre la circulation des cyclistes, des coureurs et autres types d’utilisation, et travailler avec les partenaires communautaires pour éviter les complications les jours d’événements majeurs.
  • Encourager l’utilisation de véhicules électriques dans la ville en permettant à Hydro Ottawa d’installer 200 bornes de recharge pour véhicules électriques sur le territoire de la ville d’Ottawa, suivant le principe de récupération des coûts.
  • S’assurer que le service de police d’Ottawa dispose des ressources nécessaires pour agir en matière de crimes liés aux véhicules automobiles, notamment les vols, la conduite acrobatique et les courses de rue, qui continuent d’être un problème majeur dans nos banlieues.

Pour les contribuables et les résidents

  • S’opposer à l’étude inutile d’un million de dollars sur la gratuité des transports en commun qui nous dira ce que nous savons déjà, c’est-à-dire que nous n’avons pas les moyens de nous le permettre.
  • S’opposer au retrait des frais de transport en commun à l’échelle de la ville, qui se traduirait par une augmentation de 10 % de la taxe foncière.
  • Établir l’entière transparence et l’engagement complet du service de la vérification interne de la ville afin que tous les développements futurs du train léger soient accessibles en temps opportun, et que les informations soient accessibles en tout temps pour les besoins du conseil municipal et du public.
  • Nommer des experts au conseil d’administration de la Commission du transport en commun et à la supervision des phases 2 et 3 du projet de train léger, qui pourront mieux rendre l’administration imputable de la livraison efficace du projet.
  • Nommer un citoyen utilisateur du service Para Transpo sur le comité consultatif afin que le point de vue des personnes handicapées soit entendu sur ce comité.
  • Négocier un partage de 50/50 des dépenses en capital entre les gouvernements fédéral et provincial pour le prolongement de la ligne de train léger vers Kanata, Stittsville et Barrhaven comme ce fut le cas pour d’autres villes.
  • Négocier l’obtention d’un soutien financier des gouvernements fédéral et provincial pour pallier les politiques d’emploi du secteur public qui ont pour effet de réduire l’utilisation du transport en commun. En 2021, le financement du système de transport en commun de la ville d’Ottawa pour les mesures de lutte à la COVID provenant d’autres gouvernements était de 144 M$; ce soutien doit être maintenu jusqu’en 2023.

Pour un meilleur réseau de pistes cyclables, de trottoirs et de sentiers polyvalents

  • L’accent doit être mis pour combler les lacunes du réseau de pistes cyclables (là où le parcours des pistes cyclables est interrompu pour reprendre plus loin).
  • Les projets de réfection de la chaussée et d’élargissement des routes dans la ville doivent prévoir une signalisation plus sécuritaire, des accotements asphaltés et des voies cyclables, lorsque c’est possible de le faire.
  • Doubler les budgets des conseillers municipaux en matière de modération de la circulation pour mettre en place une meilleure signalisation pour séparer les voies cyclables de la circulation automobile.
  • Travailler avec la CCN et le gouvernement fédéral pour étendre et connecter le système des voies cyclables et en accroître l’accès en hiver.
  • Fournir un soutien continu au pont Chef-William-Commanda pour les piétons et les cyclistes.
  • Poursuivre l’ajout de signaux piétonniers à décompte.
  • Accroître le déploiement de zones de sécurité communautaire, notamment aux abords des zones scolaires, des centres communautaires et des installations où circule un volume élevé de piétons.
  • Autoriser Hydro Ottawa à installer 100 bornes de recharge de véhicules électriques sur le territoire d’Ottawa, suivant le principe de récupération des coûts.
  • Travailler en collaboration avec les groupes communautaires pour déterminer les zones d’interruption des systèmes de voies cyclables et piétonnes afin de promouvoir le mode de transport actif et créer des collectivités adaptées au transport à pied et inclure ces mesures au plan d’investissement à long terme.
  • Investir dans l’amélioration des connexions des voies cyclables et piétonnes aux futures stations de transport en commun, et installer davantage de systèmes de stationnement sécurisés pour bicyclettes.
  • S’assurer que les infrastructures cyclables et les trottoirs sont réparés en temps opportun.
  • Désigner davantage de stationnements pour les taxis et le covoiturage dans les zones à haut volume de circulation, comme le terrain de la rue George dans le marché Byward, et installer une signalisation suffisante pour améliorer l’utilisation de ces services et amener plus de personnes au centre-ville.

Le 24 octobre, votez pour Mark Sutcliffe pour un plan de transport qui respecte tous les résidents des banlieues et convient à la Ville d’Ottawa.